Conférence de Mathis Stock : regards de la géographie sur habiter/wohnen

Pour la deuxième manifestation du laboratoire junior « habiter/wohnen », qui a eu lieu le mercredi 24 novembre 2021, nous avons reçu le géographe Mathis Stock de l’université de Lausanne. M. Stock a intitulé sa conférence « À quoi sert la notion d’habiter : une approche critique ». Celle-ci était répartie en trois volets.

Dans un premier temps, M. Stock a retracé la genèse de la notion « d’habiter », en prenant en compte les circulations entre les différentes disciplines. De ce point de vue, il a insisté sur l’intérêt relativement tardif porté par la géographie à cette notion, avec un tournant important autour des années 2000, marqué par le « spatial turn ». Avant cela, ce sont des disciplines comme la sociologie, l’anthropologie et surtout la philosophie qui se sont penchées sur cette notion, la géographie restant plutôt attachée à la notion d’habitat. L’approche pluridisciplinaire a permis à M. Stock de rappeler les contributions de différentes pensées à la notion de l’habiter : bien sûr, il a été question de Heidegger, mais aussi de Merleau-Ponty et de sa Phénoménologie de la Perception, où le philosophe français réfléchissait sur la question de la corporéité et du rapport du corps à l’espace et au temps, tout comme de contributions plus récentes, notamment celle de l’anthropologue Johanna Rolshoven, qui envisage l’habiter comme un mode de vie intégrant l’ensemble des lieux pratiqués par les individus, le tout s’insérant dans la vita activa, un habiter nécessairement polytopique. Parmi les autres contributions à la notion de l’habiter, M. Stock a notamment insisté sur celles de Bollnow, Sloterdijk, Wandenfels et Flusser.

Dans un deuxième temps, M. Stock a rappelé que le dialogue avec ces différentes disciplines a permis à la géographie de modifier ses propres conceptions de l’habiter. Jusqu’aux années 1990, la géographie envisageait l’habiter comme un résider. Peu à peu, elle a intégré dans ses réflexions un habiter conçu en tant que rapport à l’espace. M. Stock a rappelé les contributions de différents géographes à cette nouvelle approche de l’habiter : parmi ces contributions, il a notamment été question d’Augustin Berque et de la notion d’écoumène, qui envisage l’être au sein d’une interaction entre l’homme et le milieu biophysique, mais aussi de Michel Lussault, qui pense l’habitation (plutôt que l’habiter) comme une expérience subjective, tout en mobilisant la pensée de Foucault et la question des dominations, des normes et des idéologies. Au sein de ces réflexions, M. Stock a également pris la peine de situer son propre travail, notamment avec son approche de l’habiter en tant que « faire avec l’espace ». En plaçant la question du « faire » au centre de la réflexion, M. Stock envisage l’habiter du point de vue d’une théorie de la pratique. La fin de cette partie de l’exposé de M. Stock était consacrée aux apports et aux limites de la notion de l’habiter : parmi les apports, M. Stock a loué l’aspect malléable de cette notion, tout comme sa capacité à mobiliser différents points de vue ; parmi les limites, M. Stock a souligné que la notion de l’habiter pouvait être trop large, au point qu’on en perdait parfois un ancrage dans le réel.

Pour finir, M. Stock a consacré la fin de son intervention aux différents régimes de l’habiter. Les enjeux de cette notion sont multiples : différents conceptions et concepts de l’habiter sont possibles, et cela permet une réflexion riche mobilisant des circulations entre diverses disciplines. Mais, selon M. Stock, il existe aussi une importance réelle de la mobilité et de l’historicité de l’habiter. Parmi les différents régimes de l’habiter, M. Stock pense par exemple aux mondes urbains, aux mondes mobiles (par exemple le TGV), mais aussi à des mondes sociaux multiples (les hommes habitant différents champs sociaux et mondes sociaux). M. Stock intègre également dans cette réflexion l’habiter mobile, tout comme les nouvelles pratiques de l’habiter induites par le numérique.

Les fins de chaque partie de l’exposé étaient consacrées aux questions provenant du public. Ce dernier s’est montré réactif et nous remercions M. Stock d’avoir répondu à toutes les questions. Parmi ces questions, certaines étaient consacrées aux évolutions historiques de l’habiter, surtout depuis la seconde moitié du XXe siècle. Le passage d’une société industrialisée à une société post-industrialisée a été mis en rapport avec une plus grande mobilité – ou non – des hommes. La question des migrations a également animé le débat, que ce soit sous la forme de pratiques relativement anciennes – migrations économiques – que sous des formes de plus en plus présentes dans l’actualité – migrations climatiques – formes dont les modalités créent des pratiques spécifiques de l’habiter. En lien avec cela, la question des différences sociales a aussi été abordée. La pratique différenciée de l’habiter est apparue comme une donnée en partie déterminée par la relation spécifique des hommes à un espace donné : entre un touriste, un résident secondaire, un sans-abri et un riverain, quelles différences se font jour dans les pratiques de l’habiter au sein d’un même lieu, d’un même quartier, que tous ces individus peuvent fréquenter simultanément ? Des questions plus spécifiques ont concerné certains auteurs évoqués par M. Stock au cours de son exposé, notamment Heidegger et sa relation à la notion de mobilité. Enfin, plus largement, et c’est un point qu’il faut souligner, l’exposé a permis aux intervenants issus de différentes disciplines (études germaniques, histoire, études littéraires) d’échanger avec M. Stock (géographe) et de mettre en lumière le caractère particulièrement fertile de cette notion de l’habiter, notamment en termes d’interdisciplinarité. De ce point de vue, des centres d’intérêt partagés ont été mis en lumière. La possibilité de projets communs été évoquée : nous espérons que cela pourra se concrétiser dans un avenir plus ou moins proche. Nous tenons encore une fois à remercier M. Stock pour son intervention, qui a été riche d’enseignements et de dialogues.

La prochaine manifestation en lien avec le laboratoire junior « habiter/wohnen » aura lieu le mercredi 1er décembre à l’Institut Goethe de Lyon. Plusieurs étudiantes de la section d’études germaniques de l’ENS de Lyon présenteront et commenteront un travail d’archives consacré au sujet « habiter en Allemagne ». Deux thématiques principales seront traitées : d’une part, les grands ensembles en RDA, et d’autre part l’habiter dans ses liens avec la scène alternative en Allemagne.

Articles

Que signifie « habiter » ? – Présentation du laboratoire junior et débat

La première manifestation de notre LaboJunior franco-allemand sur « l’habiter/Wohnen » a eu lieu le mercredi 27 octobre 2021. La séance a eu pour objectif d’ introduire l’équipe scientifique du Labo et de retracer les origines et la démarche du projet. Comme nous poursuivons une approche interdisciplinaire qui compte aborder le concept de l’habiter/Wohnen sous des différents angles, il était important à nos yeux de faire une séance introductive, non seulement pour expliquer notre façon de procéder, mais également pour ouvrir la voie à un débat fructueux autour de ce sujet riche avec un public intéressé. 
Après nous être présentés et avoir exposé les grandes lignes de notre projet, nous avons commencé à aborder notre sujet par une réflexion étymologique, en nous interrogeant sur la signification des mots « habiter » et « Wohnen ». Nous avons constaté qu’en allemand et en français, les termes renvoient à une activité et plus spécifiquement à une répétition : Wohnen = Gewohnheit, habiter = habitude. Le but du Labo est précisément d’analyser cette activité humaine dans le temps et l’espace, dans la période du XIXème au XXIème siècle et se concentrant géographiquement sur la France et l’Allemagne. 
Puis nous nous sommes rapprochés de la thématique à travers des citations venant de nos disciplines respectives, parmi lesquelles la sociologie, l’histoire, les études cinématographiques et littéraires. Cette approche pluridisciplinaire nous a ainsi permis de découvrir avec le public des différences, mais aussi des points communs concernant l’intérêt pour et la manière d’aborder la question de l’habiter que nous comptons approfondir au cours des manifestations de notre Labo. Dans le choix des citations, nous avons d’un côté repris les propos de grands classiques comme Gaston Bachelard ou Henri Lefebvre, et de l’autre celles provenant dapproches plus récentes, comme celle du concept d’habiter en mouvement de Mathis Stock. 
Ce dernier sera d’ailleurs l’invité de la deuxième manifestation de notre série de conférences. La séance sera consacrée à la comparaison du concept de l’habiter dans la recherche française et allemande et à l’approfondissement de l’axe concernant l’habiter en mouvement. Cette deuxième manifestation aura lieu le 24 novembre 2021 de 18h à 19h30 sur zoom.  
 

Raconter l’habiter/ Wohnen erzählen (HaWo)

Le laboratoire junior « Raconter l’habiter/Wohnen erzählen » s’inscrit dans la continuité d’une coopération entre l’université Goethe de Francfort et l’ENS de Lyon autour de l’espace urbain dans les textes. Avec l’introduction de la notion de « l’habiter » (wohnen en allemand) nous pouvons articuler la dimension de l’espace public urbain à celle de l’espace privé et intime. Cette sphère intérieure est revenue au premier plan avec la situation sanitaire actuelle et précisément avec le confinement. En effet, la question de la séparation de l’extérieur et l’intérieur se pose quand l’habitat est envahi par le télétravail et les réunions en visioconférence. Cette réflexion suit l’idée de Walter Benjamin qui écrit déjà au début du XXe siècle que l’appartement devient un espace transitoire dénué de tout sentiment de sécurité.

L’exploration de la notion de l’habiter dans un cadre franco-allemand nous permet d’adopter une perspective comparée mettant en valeur les différences entres les aires culturelles : comment habite-t-on à Francfort et à Lyon, en Allemagne et en France ? Nous nous interrogeons aussi sur la façon dont les textes (littéraires, historiques, sociologiques) et le cinéma représentent les transformations des manières d’habiter de la fin du XIXe siècle à nos jours dans les deux pays.