Résumés des interventions du colloque d’avril 2022 (“Faire face aux crises de l’habitat”)

Peirou Chu (ENS de Lyon)
Les logements sociaux dans les métropoles allemandes de l’entre-deux-guerres : la femme comme créatrice

Après la Grande Guerre, la pénurie des logements dans la métropole berlinoise était aggravée par l’augmentation de la population urbaine et la dégradation des conditions d’hygiène des anciens habitats construits pendant les Gründerjahre. Une nouvelle planification s’imposait aux urbanistes et architectes de cette époque. Comme le bureau d’urbanisme était dirigé par des sociaux-démocrates (Martin Wagner, Bruno Taut etc.), l’esprit d’un nouveau Berlin a consisté à construire des Volkswohnungen, qui plaçaient le fonctionnalisme au premier plan. La coopération entre les architectes et les syndicats dans le but de rendre les Volkswohungen accessibles au Volk met en évidence les idées socialistes. En même temps,  en rationalisant les logements (tendance originaire des États-Unis), les sociaux-démocrates ont essayé de dégermaniser Berlin et le transformer en une ville moderne internationale. Pourtant, les contraintes posées par les coûts de construction et le décalage entre les esthétiques des artistes-architectes et les besoins des masses ont empêché la réalisation des projets de logements sociaux. Les résidents dans les nouveaux logements étaient principalement issus des classes moyennes ou de la petite bourgeoise. Pendant ce processus, les talents des femmes architectes ont été découverts. Par exemple, Grete Schütte-Lihotzky était chargée de concevoir une cuisine rationalisée, ce qui correspondait aux attentes de ses utilisatrices et assurait un confort nécessaire dans la vie de la classe ouvrière. L’histoire des logements sociaux dans l’Allemagne de l’entre-deux-guerres montre comment l’alliance entre la technologie et les humanistes de l’époque a répondu à la crise de l’habitat et dans quelle mesure le deuxième sexe peut intervenir dans l’aménagement de l’espace d’habitation.

Dr Frank Estelmann (Priv. Doz., Goethe-Universität Frankfurt)
L’incontournable HLM dans l’œuvre d’Abd Al Malik

Il apparaît rapidement que le discours sur l’habiter est étroitement lié à la notion d’identité composite présent par exemple dans Méchantes blessures, c’est-à-dire dans le récit autofictionnel que l’auteur et rappeur Abd Al Malik a publié en 2019. Dans une première partie de l’article, cette relation sera mise en lumière afin de délimiter les frontières conceptuelles à l’intérieur desquelles on peut reconstruire les occurrences de l’habiter dans Méchantes blessures. La deuxième partie vise ensuite à expliquer l’analogie productive entre les identités composites et les différentes demeures provisoires habitées par Kamil, l’alter ego d’Abd Al Malik dans ce roman. La troisième partie de l’article s’intitule “L’incontournable HLM” et aborde, dans une perspective à nouveau argumentative et non principalement monographique, le regard d’Abd Al Malik sur la crise du logement dans la France d’aujourd’hui. J’essaie de montrer dans cette troisième partie que le diagnostic qui répond aux changements dans la France contemporaine est en fait d’une importance cruciale, non seulement pour la pensée politique ou sociale de l’auteur et son analyse de plus en plus pointue des identités culturelles, mais aussi pour ses engagements littéraires qui misent sur “l’aspect transformateur […], l’aspect opératif de la littérature” (Méchantes blessures – Abd Al Malik explique le titre et le propos de son roman [2019], in : https://www.youtube.com/watch?v=ShGFZPF0oV0 [30 mars 2022]) dans le contexte social. En ce sens, des œuvres comme Méchantes Blessures sont des tentatives littéraires d’opposer, au moyen d’un discours identitaire incluant des aspects d’habitat multiple et polytopique, un génie français renouvelé au passéisme, à l’orgueil et à la suffisance de la France d’aujourd’hui. Ce faisant, l’auteur entend donner au “vieux peuple” des Français (Abd Al Malik : Méchantes Blessures, Plon 2019, p. 9) un nouveau modèle d’identité viable, plus en phase avec son présent et ses idéaux.

Haris Mrkaljevic (ENS de Lyon)
Berlin, métropole impériale : accueillir les députés du Reichstag en pleine crise du logement (1871-1918)

Les députés du Reichstag, qui ne percevaient aucune rémunération pour leurs activités parlementaires jusqu’en 1906, devaient trouver par leurs propres moyens un logement à Berlin. La période 1871-1918 se caractérise par de nombreux exodes ruraux et une urbanisation galopante, ainsi que par l’industrialisation et la paupérisation des villes, et Berlin n’échappe pas à cette règle. Dans ce contexte, la qualité du logement berlinois des députés est souvent lié à leur patrimoine, leur métier et leur classe sociale : si certains disposent de rentes importantes et peuvent s’offrir un séjour dans un hôtel de luxe, d’autres doivent compter sur les réseaux familiaux ou amicaux, voire sur les sympathisants du parti. Avec l’octroi du salaire à partir de 1906, les données examinées montrent une amélioration générale du niveau de vie des députés, qui se reflète dans leurs choix de logement. Des députés socialistes réussissent pour la première fois à se loger dans des hôtels, et la tendance se renforce chez les députés conservateurs et nationaux-libéraux. Toutefois, le salaire n’explique pas seul ces tendances, et les données doivent être mises en relation avec d’autres processus parallèles se déroulant à la même époque : professionnalisation des partis politiques, concentration de fonctions politiques et administratives dans la capitale impériale, abandon de l’idéologie révolutionnaire au sein du SPD.

Aurore Nicolas (Goethe-Universität Frankfurt)
Les limites de l’habitable en situation coloniale : l’exemple de l’Indochine dans Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras

Cet exposé tend à mettre en lumière une forme bien particulière de crise de l’habitat au XXe siècle dans laquelle la France – ou plutôt le modèle français – a joué un rôle déterminant. Ce n’est pourtant pas à la France métropolitaine que nous nous intéresserons directement, mais à ses extensions territoriales ultramarines, autrement dit à son immense empire colonial atteignant son apogée dans les années 1930.

La colonisation, se définissant fondamentalement comme un acte d’occupation d’un territoire étranger, a conduit la France à s’approprier des espaces éloignés radicalement différents de la métropole et à ainsi créer de nouvelles façons d’habiter ces espaces. En introduisant de nouveaux habitants sur un territoire, la France a également importé avec eux de nouveaux modèles et de nouvelles normes quant au rapport à la terre et aux autres habitants déjà présents sur cette terre. Malcom Ferdinand théorise ce rapport spécifique des colons à la terre, ainsi qu’aux humains et non-humains qui l’occupent, à travers la notion d’« Habiter colonial » (Pour une écologie décoloniale, 2019), sur laquelle cet exposé se fonde en partie.

Le rôle historique de la France comme grande puissance coloniale du XXe siècle nous pousse donc à explorer les limites de son territoire hors de la métropole et à nous demander quelles ont été les formes particulières d’habitats et de crises de l’habitat engendrées par la colonisation. Nous examinerons cette question en nous concentrant sur le cas de l’ancienne Indochine française (actuellement Vietnam, Laos et Cambodge), brillamment traité par Marguerite Duras dans son roman Un Barrage contre le Pacifique (1950). L’auteure nous invite en effet à découvrir au cours de son œuvre l’organisation socio-spatiale de l’Indochine dans laquelle elle a grandi et nous révèle l’envers du décor de la société coloniale, ses dysfonctionnements et ses abus, à travers l’exemple de la ruine de sa propre famille.

Parmi les motifs qu’elle aborde, nous nous intéresserons plus particulièrement à la transformation des villes et des campagnes en contexte colonial, aux nouvelles formes de logements construits pour répondre aux besoins spécifiques de la colonisation et de la croissance démographique, mais aussi à la ségrégation spatiale, économique et raciale, durablement ancrée dans l’espace. Nous montrerons enfin comment la représentation d’une nature indomptable, incarnée symboliquement par les vagues du Pacifique dans l’œuvre, témoigne de l’échec d’implantation de colons français en Indochine, marquant ainsi l’échec du projet colonial lui-même.

Dr Aurore Peyroles (Universität Regensburg)
Pavillons anti-maisons et lotissements anti-villes : de la difficulté à habiter le monde à travers quelques représentations romanesques de la banlieue parisienne (1920-1950)

Au prisme des représentations romanesques contemporaines de son émergence, la banlieue parisienne apparaît, dès le début, comme en crise. Privée de tout ce qui structure l’urbanité, elle témoigne de la complexité du fait d’habiter. « Que veulent les êtres humains, par essence êtres sociaux, dans l’habiter ? », demande Henri Lefebvre dans Du rural à l’urbain : « ils veulent un espace souple, appropriable, aussi bien à l’échelle de la vie privée qu’à celle de la vie publique[1] ». À en croire quelques romans de Céline, Queneau ou Bove, c’est précisément ce que la banlieue rend impossible.

D’abord parce qu’elle est représentée comme l’espace de l’indistinction. Une fois franchies les limites de la capitale, c’est en effet l’absence de limites ou de frontières qui fait vaciller celui qui s’y aventure. Rien pour faire repère, ni même limite : la banlieue romanesque n’a pas de contours. On s’y égare. À l’indistinction topographique s’ajoute une inscription dans le temps non moins problématique. La banlieue fictive est en effet saisie dans un perpétuel inachèvement où se dérobent à la fois l’origine et l’accomplissement. Elle surgit comme un espace sans histoire, échouant à faire palimpseste. Plus frappant encore : ceux qui la décrivent la perçoivent comme déjà en voie de disparition au moment même de son avènement. Dès son émergence, la banlieue relève de la ruine. En témoigne le sort réservé aux fragiles pavillons des protagonistes, antithèses de la maison bachelardienne. L’espace banlieusard prive ceux qui y résident de repères spatiaux stables mais aussi temporels – c’est-à-dire de la possibilité de tisser une continuité permettant l’inscription et la projection dans l’espace, le déploiement de gestes et de possibles. Il les empêche aussi de tisser des liens entre eux : espace du chacun pour soi – et non de l’entre-soi.

Tout dans la représentation romanesque de la banlieue pavillonnaire semble ainsi renvoyer moins à une nouvelle façon d’habiter le monde que de mal y habiter, marquée par une permanente insatisfaction et une continuelle inadéquation. Nos banlieusards de papier ne sont ainsi jamais mis en scène en train de s’approprier l’espace où ils vivent. À travers ces quelques exemples, on observe que le nouveau paysage banlieusard est constitué comme le décor général d’une inquiétante anti-urbanité. La banlieue romanesque est appréhendée comme une anti-ville, une anti-collectivité ne permettant qu’une anti-vie.


[1] Henri Lefebvre, « Introduction à l’habitat pavillonnaire », Du rural à l’urbain, Paris, Anthropos, 2001, p. 180.

Michelle Stork (Goethe-Universität Frankfurt)
Nomadland: In pursuit of Home and Community on the Road

Nomadland: Surviving America in the Twenty-First Century (2017) by Jessica Bruder is concerned with the nomadic lifestyle of elderly, mostly white, economically wrought van dwellers hitting the road to escape soaring housing and living costs. While Bruder’s concern is certainly with mobility and the myth of America as a nation on the move, a contrary narrative underlies her investigative story: the enduring ideal of home ownership. By focusing on Linda who dreams of buying a plot of land on which to build an Earthship, Nomadland is structured around the ongoing, yet transformed American Dream of more sustainable, environmentally-friendly home ownership made possible by a temporary, frugal life on the road.

Nomadland is fraught with paradoxes and complexities. Its narrative can certainly be harshly criticised in a number of respects: precarity and settler colonial notions of land as “flat, blank space” (Bruder 2017, 251) are just two examples. A more constructive lens can be adopted when looking at the following two aspects of the novel: firstly, the character’s search for a home, freedom and community on the road, and secondly, the exploration of more sustainable, immobile housing solutions exemplified by the Earthship.

Throughout the text, Bruder seems to be torn whether or not the road functions as a home for the characters. The characters themselves, however, (must) hold on to this idea of their van as home, describing home-making activities which render their vans “habitable” (2017, 72). In fact, by insisting on being houseless rather than homeless, the ‘nomads’ reinforce the homely qualities of their vans. But this act of self-definition requires constant repetition, since, as Brown Morris notes, “home […] is a concept they continually invoke but redefine” (2022, 23). The final chapter, tellingly entitled “Homecoming”, in which Linda May buys a plot of land to build an Earthship, casts the ideal of the road as home in an even more ambivalent light and questions the character’s success of making a home on the road. Arguably, Bruder’s decision to end with the scene in which Linda becomes sedentary again relies on the discourse of settlement. In contrast with the film adaption of Nomadland (2020), the duality between mobility and settlement – a defining feature of cultural discourse in the US and one that still requires constant renegotiation, as Nomadland shows – is eventually decided in favour of settlement in Bruder’s book.

Works Cited:

Bruder, Jessica. 2017. Nomadland: Surviving America in the Twenty-First Century. New York: W. W. Norton & Company.
Brown Morris, David. 2022. Wanderers: Literature, Culture and the Open Road. Abingdon and New York: Routledge.
Zhao, Chloé (dir). 2020. Nomadland. 20th Century Studios.

Jeanne Yapaudjian (Sorbonne Université)
Portraits de femmes et critique de la vie quotidienne dans le grand ensemble à Berlin-Ouest dans des films d’Elfi Mikesch et de Helga Reidemeister

Les deux réalisatrices ouest-allemandes Elfi Mikesch et Helga Reidemeister, dans leurs
films Ich denke oft an Hawaï (1978, Mikesch) et Der gekaufte Traum (1979, Reidemeister),
s’intéressent toutes deux à la vie d’une femme d’une quarantaine d’années, mère de famille, sans mari, issue de la classe ouvrière qui habite dans une cité nouvelle en périphérie de Berlin dans les années soixante-dix. Les réalisatrices souhaitent montrer comment on habite une cité nouvelle dans les années soixante-dix, en se focalisant sur la vie quotidienne de ces femmes et en les filmant dans leur intimité, à la fois dans l’espace domestique et dans l’espace public.

Les deux cinéastes souhaitent témoigner de ce quotidien, avec un regard critique. Cette
critique est à la fois une critique de classe proche du marxisme – elles veulent montrer l’amertume de la classe ouvrière et les raisons pour lesquelles cette dernière se sent rejetée de la société ; cette critique est aussi féministe : toutes deux mettent en avant des thèmes jugés jusqu’alors comme non dignes d’être filmés comme la préparation du repas ou le ménage, et proposent une réflexion sur des thèmes féministes de l’époque.

Comment Mikesch et Reidemeister tentent-elles de donner une voix à des femmes de la
classe ouvrière des cités nouvelles, en entrant dans l’intimité de leur quotidien, avec un regard qui mêle la critique féministe et la critique marxiste ? Après avoir mis l’accent sur le genre des films – des portraits de femme entre documentaire et fiction (I) –, il s’agira de réfléchir à la forme que prennent le récit et de la critique de la vie quotidienne (II), pour enfin montrer comment les deux réalisatrices proposent aussi une sortie du quotidien, entre transgression, rêve et aspiration politique (III).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
mrkaljevic01 (15 novembre 2022). Résumés des interventions du colloque d’avril 2022 (“Faire face aux crises de l’habitat”). Raconter l'habiter/ Wohnen erzählen (HaWo). Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/pg41


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.